Le chemin de l'espoir (« Weg der Hoffnung »)

 

LE CHEMIN DE L'ESPOIR (« WEG DER HOFFNUNG ») : œuvre d'art, mémorial, incitation à réfléchir – un projet artistique de la Fondation Point Alpha
Sur un chemin d'un kilomètre et demi de long, quatorze sculptures monumentales illustrent une partie de l'histoire du couloir de la mort de l'ancienne frontière interallemande entre la Hesse et la Thuringe.
C'est ici, dans la fameuse trouée de Fulda, que la troisième guerre mondiale aurait très probablement commencé.
En effet, il est évident que cette frontière ne divisait pas seulement l'Allemagne mais l'Europe et le monde : il s'agissait-là d'une frontière entre liberté et oppression.
La Fondation Point Alpha a édifié le chemin de l'espoir (« Weg der Hoffnung ») en mémoire de la résistance contre la dictature communiste en Europe centrale et de l'Est. L'insurrection populaire en RDA le 17 juin 1953, l'insurrection de Budapest en 1956, le Printemps de Prague en 1968, le mouvement Solidarność en Pologne dans les années 1980 et les grandes manifestations pour la paix de 1989 en RDA.
Toutes ces formes courageuses de révolte étaient l'expression d'une soif de liberté inébranlable et de la certitude selon laquelle les hommes peuvent changer ce qui semble presque impossible lorsqu'ils défendent leurs convictions avec la rage du désespoir et sont prêts à tous les sacrifices pour cette cause.
Dans ce contexte, il existe des biographies impressionnantes d'individus qui ont osé s'opposer à la dictature.
 
 

Impressionen vom Weg der Hoffnung

Avec ses 14 stations, le chemin de l'espoir (« Weg der Hoffnung ») fait écho au chemin de croix biblique pour inciter les hommes à se rappeler le chemin de leur propre destin dans les temps difficiles et à réfléchir dans le sens d'un « plus jamais ça ».
Avec les associations que les thèmes de chaque station inspirent, par exemple despotisme et humiliation, compassion et solidarité, une large place est accordée à l'expérience personnelle.
Ce n'est qu'en entreprenant une réflexion sur chacune des sculptures des 14 stations qu'est née l'œuvre totale du « chemin de l'espoir » (« Weg der Hoffnung ») sur ce lieu historique.
Démarrée en 2009, l'œuvre a été achevée le 3 octobre 2010, soit vingt ans après la révolution pacifique et la réunification allemande.
On doit ses sculptures à l'artiste Dr. Ulrich Barnickel, promotion de 1955, qui grandit à Weimar, étudia la sculpture au château de Giebichenstein à Halle (Saale) et fut dénaturalisé en 1985 après avoir formulé des demandes de sortie du territoire de la République fédérale (Fulda).
Les œuvres d'Ulrich Barnickel ont été présentées dans de nombreuses expositions en Allemagne et à l'étranger.
Le projet a reçu le soutien du Délégué du Gouvernement fédéral pour la culture et les médias et du Ministère de la culture de Thuringe.